29/01/2010

Douleur

 

amour

Un corps crie de douleur

Cause d un manipulateur

Qui aurait cru

Qu ainsi il fût

 

Lui qui soit disant aimait

Mais toujours se vantait

Il aurait pu être bouffon

Il en détenait le don

 

Bouffon du roi

Dans le temps

Montrant du doigt


Tout en riant

 

Cet être ne jurait que par lui

Rien ni personne ne cru son méprit

A tous il avisait de plaisir

Et ainsi pouvoir en rire

 

Tout n était que moi je

Le plus fort et le plus intelligent

Lorsqu  il fût découvert ouvertement

D un coup sa verve fît rage

 

Les insultes

Les humiliations

On semé un tel tumulte

Quentraina une séparation

 

Grand bien s en faut

Sinon la pauvre femme

Aurait péri par ses asseaux

D  homme impure de son âme

 

Il lui jouait le jeu de l amour

Mais qu était l amour

Celui dont il parlait

En rien ne connaissait

 

Pauvre personnage

Jamais n atteindra le rivage

Que Dieu et lui-même  pardonne

Afin qu amour s y fredonne.

 

Oui je me suis laissé avoir

Tellement bien manipulé

Toi, qui toujours dois devoir

Monter la parole, te montrer

 

Tu me rabaisses

Pourtant je suis aimante

Tu me tourmentes

Comme une malfaisante

Tu me dis menvoyer en lair

Et comme un éclair

Tu as détruis mon cœur

Le gouffre ! Trou noir ! Malheur !

 

Tu mas déchiré

Tu mas épuisé

Pas droit de dire

Pas droit de rire

 

Tu mas vampirisé

Tu tes alléché

De tes mots médisants

Mont donné lépuisement

 

Ton regard trompeur

Tu te crois supérieur

Tu mas tendu un carcan de douleurs

Jy puise les leçons, jamais plus même erreur

 

Mon cœur sest épuisé

Tel point faillit me suicidé

Ton regard pris peur

Non pour moi, mais ton honneur

 

Tant dannées, de tumultes

Au dessus de toi est ton glaive

Toi qui le levais sans scrupules

Aujourdhui cest fini, je me retire

 

Toute ma tristesse

Toute ma détresse

Je te les renvois

Mais tu nes plus roi !

 

 

 

16:36 Écrit par marine dans poéme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

je vous comprend quelle mot" quelle phrase" quelle poésie si belle et en meme temps si cruelle. je pense a vous tt ce que vous avez vecu je m imagine les scene en vous lisant =, quelle horreur lo

Écrit par : laurence | 29/01/2010

Les commentaires sont fermés.